Sélectionner une page

Je trouve le dessin animé Cars assez utile pour illustrer les positions de vie. Éric Berne (analyse transactionnelle) a émis l’hypothèse que le jeune enfant “possède déjà certaines certitudes sur lui-même et le monde qui l’entoure (…), certitudes qu’il va sans doute conserver tout au long de sa vie et que l’on peut résumer comme suit : je suis ok ou je ne suis pas ok, vous êtes ok ou vous n’êtes pas ok” (positions de vie). 

Dans Cars, on peut observer un personnage gagner en humilité en même temps qu’il renforce une reconnaissance positive saine de lui-même. Cette estime de soi est un enjeu pour nous tous. Se sentir bien avec soi est une condition nécessaire pour vivre une vie heureuse et épanouie. Là où je trouve que l’estime de soi prend tout son sens, c’est quand elle ne se fait pas au détriment des autres. Elle permet d’améliorer sa communication et ses relations avec les autres..

Inspirons-nous donc du dessin animé Cars…

Cars : l’histoire

D’une position de vie ok / pas ok (+/-)…

Flash McQueen est une petite voiture rouge qui rêve de remporter la fameuse course automobile de la Piston Cup pour devenir célèbre.

Lors de la finale du championnat, alors qu’il mène largement la course, ses pneus arrière éclatent. Il parvient à terminer la course de justesse, mais franchit la ligne d’arrivée exactement au même moment que deux autres voitures. Cette situation a pour conséquence d’organiser une nouvelle course pour départager les trois vainqueurs.

Ainsi, Flash McQueen et son unique ami, le camion qui le transporte, partent pour Los Angeles. Afin d’être les premiers à arriver, Flash McQueen demande au camion de rouler toute la nuit. Mais celui-ci s’endort…

Flash McQueen se réveille en sursaut au milieu de la route. Il panique jusqu’à ce qu’il arrive subitement dans la ville de Radiator Springs après un accident où il a causé de gros dégâts.

Le lendemain matin, Flash McQueen se réveille en prison. Il est condamné à réparer la route. Après une tentative d’évasion, il se résigne à réparer la route mais bâcle le travail. Tout est à refaire. Ses comportements sont à la limite du mépris.

…à une position de vie ok / ok (+/+)

Fatigué d’entendre les complaintes de la voiture de course, Doc Hudson défie Flash McQueen de le battre à la course. Si Flash McQueen gagne, il pourra partir librement, s’il perd, il devra réparer la route. Flash arrive trop vite sur un virage et se plante. Doc est déclaré vainqueur.

Plus tard, la ville découvre que Flash McQueen a fini de réparer une portion de route et tous sont étonnés par la perfection de son travail. Dans le même temps, le Shérif a autorisé Flash à s’entraîner sur le circuit de terre, sous sa surveillance. Flash essaye désespérément de passer le virage problématique, mais échoue sans arrêt.

Un jour, alors qu’il cherche le Shérif, Flash McQueen se retrouve dans le garage de Doc et découvre son secret : Doc est en réalité Hudson Hornet, une légende des circuits, ayant remporté la Piston Cup trois fois d’affilée ! Il est très impressionné, par conséquent il va le respecter en tant qu’individu et échangera avec lui des signes de reconnaissance positifs.

Cette découverte ouvrira un nouveau champ de vision à Flash McQuenn. Les habitants de la ville vont devenir ses amis, ainsi qu’une équipe de travail, il se crée un nouveau cadre d’épanouissement personnel, où chaque protagoniste se respecte.

 

Les positions de vie, allons plus loin…

Lorsqu’on a une estime de soi qui est basse, on a tendance :

– à se dévaloriser et dévaloriser les autres (position -/-)

– à se dévaloriser et valoriser les autres (position -/+)

Dans Cars, le protagoniste a tendance à se valoriser, au détriment des autres. Ses ambitions étant la célébrité, les paillettes et la vie de star.

Lorsque Flash arrive dans la petite ville, on voit clairement qu’il dévalorise ses habitants. Il se sent supérieur parce qu’il est une voiture de course. Son état d’esprit et son sentiment de supériorité lui donnent une vision négative de la ville et de ses habitants. Il est dans une position de vie +/- : il se valorise et dévalorise les autres.

En découvrant le passé de Doc, en prenant conscience de ses limites sur le circuit et en découvrant réellement les habitants de la ville, il gagne en humilité. Il se rend compte qu’il n’est pas meilleur que les autres, et que les autres ne sont pas meilleurs que lui. Les personnes qu’ils avaient prises pour « des nuls » deviennent de précieux soutiens. Leurs différentes approches permettent de renforcer l’estime de soi de Flash, il a dorénavant un environnement positif pour progresser. Flash a atteint l’attitude d’une position +/+, on se valorise et on valorise les autres.

Dans son propre développement, lorsque l’on a atteint cette position, on se sent en sécurité, pas en concurrence, on peut s’encourager soi, encourager les autres, tout semble possible, dans des relations harmonieuses, bienveillantes et confiantes.

L’estime de soi, l’outil pour se situer…

Une personne avec une estime de soi haute et stable :
  • est calme et sociable,
  • se sent égale aux autres,
  • a de l’humour,
  • écoute, ne cherche pas déstabiliser
  • n’est pas tendue si on la contredit.
Une personne avec une estime de soi haute et instable :
  • réagit avec vigueur à la critique, elle doit faire taire la menace,
  • a tendance à monopoliser le temps de parole,
  • sera irritée et essaiera de prendre le dessus par une plaisanterie agressive ou par une critique si on la contredit,
  • est une personne qui lutte contre une image plus fragile d’elle-même qu’elle ne veut l’avouer.

 

 

Une personne qui a une estime de soi basse et stable/instable :
  • a des difficultés d’adaptation,
  • se montre défensive, contrôlante,
  • perçoit souvent l’autre comme menaçant ou source d’humiliation et de rejet,
  • a du mal à̀ communiquer honnêtement,
  • doute de l’amour qu’on lui porte, fait parfois preuve d’une jalousie maladive,
  • cherche plus à être acceptée que d’affirmer son point de vue,
  • recherche les compliments.

 

A la lumière de ces caractéristiques, on comprend mieux à quel point avoir des problèmes de confiance en soi peut jouer un rôle dans une vie d’adulte. D’où l’enjeu dans un coaching de traiter la relation à l’estime de soi de manière systématique…

 

Les petits trucs de Mam’coach

  • Pour travailler son estime de soi, on peut s’inspirer des personnes qui semblent avoir une estime d’elle haute et stable.
  • Se poser la question : qu’est-ce qui nous fait dire que cette personne a une estime d’elle haute et stable en elle ? Cela peut-être un sourire à toute épreuve, de la répartie, une capacité à s’adapter à des situations différentes…
  • Une fois les critères listés, les classer par ordre d’importance, puis mettre une note sur là où vous en êtes aujourd’hui par rapport à ce critère.
  • Enfin, se demander quelle action mettre en place pour passer au niveau supérieur.

 

👍Pour recevoir mes mails, tous les mercredis à 8h : https://edwigebodin.clickfunnels.com/inscription-newsletter

👍Vous pouvez aussi me contacter via le formulaire de contact : https://www.mam-coach.com