Sélectionner une page

Le changement est constant. Notre vie ne se déroule pas de façon linéaire, il vaut mieux l’accompagner et comprendre quels sont nos cycles. C’est comme un roman où chaque cycle serait un chapitre. Ce sont des histoires plus petites dans une grande histoire. La compréhension des cycles de notre vie permet de moduler notre énergie.

Aujourd’hui, je vous présente le modèle d’Hudson. Au fait, qui c’est ??? Frédéric Hudson, docteur de l’Université de Columbia, fondateur du célèbre Fielding Institute en 1973, est un expert en formation d’adultes. Couronné « Executive Coach of the Year » par AT&T en 1993 et « Life-Work Balance Coach » par Harley-Davidson en 1995, il a été coach pour Motorola, Quantum, Sybase, Syntex et Lockheed.

Anciens principes / nouveaux principes

Nous sommes face à un bouleversement culturel de nos sociétés : il y a un changement des règles sur lesquelles nous comptions pour mener notre vie. Ces anciennes règles étaient :

– l’amélioration linéaire : si nous sommes honnêtes et travailleurs, notre vie va aller de mieux en mieux et, à chaque génération, elle va encore s’améliorer régulièrement.

– l’état d’équilibre : si nous travaillons bien, nous arriverons chacun à un état de stabilité, de sécurité et de bonheur qui durera le reste de notre vie.

extérieur / intérieur : notre vie personnelle est déterminée par les directives de la société qui nous entoure ; si nous les suivons (école, mariage, religion, carrière, lois), tout ira bien.

– l’apprentissage : l’école, c’est bien pour les jeunes ; ils y apprennent comment assumer leur vie d’adulte, leur carrière, leur rôle social ; les adultes passent l’essentiel de leur temps à travailler et un peu seulement à apprendre.

Aujourd’hui, les nouveaux principes sont :

les cycles successifs : notre vie n’est pas linéaire, nous vivons un chapitre, nous nous renouvelons puis passons au chapitre suivant. Nous traversons des cycles et des transitions.

la règle des changements continus, qui ne nous laisse pas nous reposer; plus la peine d’imaginer que nous atteindrons un état de stabilité, cristallisé et prévisible.

intérieur / extérieur : pour rester dans la course, nous devons nous appuyer sur ce que nous avons à l’intérieur de nous, sur ce que nous croyons.

l’apprentissage pour tous : notre principale activité doit être d’apprendre, quel que soit notre âge.

Le changement est devenu la seule certitude de nos vies ; les gens et les organisations vivent dans l’incertitude perpétuelle et la peur. Peu d’entre eux formulent des plans à long terme, ils suivent simplement leur emploi du temps surchargé au jour le jour.

Le problème vient du fait qu’alors que nous voyons la société passer d’un modèle « stable-ordonné-équilibré» à un modèle de changement continu et désordonné, nous vivons encore, la plupart d’entre nous, selon les anciennes règles. Et nous rageons de voir qu’elles ne fonctionnent plus. Au lieu d’apprendre comment nous épanouir dans un monde de changement, nous nous considérons comme en fin de course, trompés, sans références.

Les cycles de vie

Au cours d’un changement de vie ou d’une transition, nous allons passer par 4 phases. La durée des phases ne sont pas équivalentes. il faut un an pour expérimenter un changement profond et durable, c’est pourquoi Frédéric Hudson se réfère aux 4 saisons.

Phase 1 – l’été :

On est en forte motivation, on démarre. Il faut poser ses objectifs et établir une stratégie. On peut rester longtemps en phase 1 avec des hauts et des bas mais toujours en haut de la ligne de flottaison. Il arrive que nous ne fassions pas le tour complet, mais qu’après l’Automne, on retourne en été. Cela s’appelle une “mini transition”.

Phase 2 – l’automne :

“On y va comme si on en revenait”. La démotivation s’installe. Le cœur n’y est plus. On en a marre car on a pris conscience de tout ce qu’il fallait mettre en œuvre pour changer et cela peut nous déprimer. Il vaut mieux ne pas rester coincé en phase 2 car c’est dur pour nous et notre entourage. Dans cette phase, il faut se ressourcer, réfléchir à ses valeurs. Ne pas essayer de se remotiver mais prendre soin de soi (sport, technique de bien-être, massages, méditations) et de ses besoins.

Phase 3 – l’hiver :

Cette phase est celle de l’inconfort et de l’introspection : qu’est-ce que je veux vraiment pour moi maintenant ? On se sent entre deux chaises. On est dans la recherche de sens et de spiritualité. Vous savez que l’homme (la plupart en tout cas) a peur de mourir mais sachez que mourir de ses illusions n’a jamais fait mourir personne. C’est juste une phase désagréable à passer.

Phase 4 – le printemps :

C’est le temps des projets. Cela peut être aussi une boulimie d’apprentissage : lectures, conférences, séminaires, formations. On n’est pas encore calé sur ce qu’on veut vraiment, “son truc”. La tendance est d’y aller à tâtons, de peaufiner son projet. On travaille sur ses talents, on teste et recherche des options. Suivant ses domaines de vie (personnelle ou professionnelle), on peut ne pas être dans le même cycle. Dans ce cas, on ne va pas faire le cycle complet mais des minis transitions.

page6image912
Les petits trucs de Mam’coach
  • Faites votre ligne de vie à partir de vos 18 ans (Bac). Il ne s’agit pas ici de se juger aujourd’hui par rapport au passé mais de le relire et de réfléchir pour le faire sien ce qui permet de donner un sens à sa vie. Comment lisez-vous cette ligne ? Quel apprentissage en tirez-vous ? Quel sens donnez-vous aux pics du haut et aux pics du bas de votre ligne de vie ?
  • Dans quelle saison êtes-vous actuellement ? Vous rappelez-vous un exemple de mini transition que vous avez pu faire dans le passé ?
  • Pour écrire votre chapitre de vie, voici le lien pour recevoir gratuitement la fiche outil “Construire sa vision de vie”.

 

 

Pour recevoir mes mails, tous les mercredis à 8h, cliquer ici .

Vous pouvez aussi me contacter via le formulaire de contact, cliquer ici .