Sélectionner une page

     Il apparaît parfois difficile de gérer ses émotions. Le problème c’est qu’elles sont généralement mal acceptées parce qu’on ne les comprend pas. Il y a un film qui explique très bien le rôle des émotions, il s’agit de Vice Versa. Un dessin animé pour les enfants diront certains. Soit ! En attendant, pour dresser le mode d’emploi des émotions, c’est une référence !

C’est parce que je suis maman que je suis coach, et c’est parce que je suis coach que je suis maman.

S’il y a bien une chose que le fait d’être maman m’a apprise, c’est que les émotions sont dures à gérer. Il suffit de d’observer un enfant vivre ses émotions, pour comprendre que les accueillir, les nommer, les verbaliser, c’est un long chemin d’apprentissage.

Alors à quoi servent les émotions ? Comment les identifier et les accueillir ?

 

Vice Versa– le film

Dans le film Vice Versa, Riley est une petite fille dont on observe l’apparition des émotions depuis sa naissance. Dans son quartier cérébral, il y a cinq personnifications des émotions de base : Joie, Tristesse, Peur, Dégoût et Colère.

Alors qu’elle grandit, ses expériences deviennent des souvenirs, collectés dans des boules de différentes couleurs, selon l’émotion principale du souvenir. La couleur est jaune pour Joie, bleue pour Tristesse, violette pour Peur, verte pour Dégoût et rouge pour Colère. Les boules sont envoyées dans la mémoire à long terme chaque nuit.

Les souvenirs essentiels sont à l’écart et sont tous jaunes (Joie). Chacun représente un de ses traits essentiels de personnalité et sont rattachés à une île : la Bêtise, la Famille, l’Honnêteté, la Passion et l’Amitié.

Joie dirige le quartier cérébral, et comme les autres émotions ne comprennent pas le rôle de Tristesse, ils l’éloignent de la table de contrôle.

Quand Tristesse commence à toucher les souvenirs heureux de Riley, les rendant alors tristes, Joie essaie de les garder saufs en isolant Tristesse. Lors du premier jour d’école de Riley, Tristesse fait que Riley commence à pleurer devant toute sa classe, créant un souvenir principal triste. Joie, paniquée, tente de s’en débarrasser, mais finit par se battre avec Tristesse et libère les autres souvenirs essentiels, ce qui déconnecte les îles. Joie, Tristesse et les souvenirs essentiels sont aspirés hors du Quartier cérébral et sont emmenés dans la mémoire à long terme, un immense labyrinthe…

Les émotions et leurs messages

L’émotion par définition est un mouvement qui sort !

Il s’agit d’une réaction physiologique à une stimulation. Cette réaction vise à réguler l’état interne de l’organisme pour maintenir son intégrité et nous informe sur un besoin.

La joie est une réponse à l’émerveillement, la gratitude, la réussite… Les besoins sont alors de se réjouir et de le partager, de créer du lien : danser, rire, chanter, partager, embrasser…

La tristesse est due à des situations de perte, de séparation ou d’échec. En cas de tristesse, on aura besoin de réconfort, d’acceptation, d’amour : se faire masser ou câliner, parler, pleurer…

La peur signale un danger, une situation inconnue et/ou insécurisée. Il faudra lui répondre par de la réassurance, de la protection et/ou de l’aide : câlin, parler, travailler la confiance en soi…

Le dégoût est causée par quelque chose de nocif. Les besoins à combler seront de l’ordre de la sécurité, du respect, de justice : parler, laisser la nourriture, éloigner les odeurs, demander de l’aide…

La colère est provoquée par la frustration, l’injustice, l’impuissance, lorsque l’on constate que son intégrité n’est pas respectée. Les besoins sont donc de l’écoute, de la compréhension, de changement, de réparation, de décharge d’énergie : crier, respirer, courir, faire une pause…

Aussi, l’émotion est une maline ! Car pour qui veut bien la reconnaître, elle envoie des signaux physiologiques.

 

Identifier les émotions

 La joie entraîne l’accélération de la circulation sanguine et de la respiration, la dilatation des vaisseaux et l’excitation des sécrétions.  On ressent alors une sensation générale de bien-être et de détente.

En cas de tristesse, les glandes lacrymales libèrent des larmes. Pleurer permet d’éliminer une grande part des hormones de stress néfastes pour l’organisme. Ces larmes arrivent en telle abondance que les poches les contenant débordent et elles coulent ainsi sur notre visage. Elles ont donc un rôle de “protecteur psychique”. D’ailleurs, on se sent souvent mieux après avoir pleuré.

En cas de peur, la vision devient plus précise, nos réflexes sont plus vifs, le sang est dirigé vers nos muscles (notamment des jambes) pour qu’ils soient plus forts et pour que l’on puisse fuir rapidement. Cela provoque alors un palissement du visage. Nous devenons également moins sensibles à la douleur. Nous avons alors tout ce qu’il faut pour bien réagir au danger en combattant ou en fuyant efficacement. On voit d’ailleurs souvent dans de telles situations des personnes qui accomplissent des choses dont elles seraient normalement incapables.

Le dégoût entraîne une fermeture des narines avec retroussement de la lèvre supérieure face à une odeur désagréable ou pour recracher un aliment toxique.

La colère provoque une augmentation de l’activité cardio-respiratoire avec une accélération du rythme cardiaque, un afflux de sang, notamment dans la partie supérieure du corps (vers les mains, ce qui permet de s’emparer plus prestement d’une arme ou pour frapper un ennemi) ce qui peut colorer la peau. La respiration devient ample et rapide, les narines se dilatent pour s’adapter à un flux d’air plus important. Cela cause notamment la hausse involontaire du volume sonore lors de l’expression de la parole. Le visage se contracte, les sourcils se froncent, et les mâchoires se serrent, donnant une expression dure au visage. Il y a une sécrétion massive d’hormones comme l’adrénaline qui libère l’énergie nécessaire à une action vigoureuse.

Comme nous l’avons vu, les émotions correspondent à des réactions physiologiques de notre organisme qui cherche à rétablir un équilibre perdu. Il convient donc de les accueillir de manière appropriée.

Les petits trucs de Mam’coach pour accueillir ses émotions
  • Pour comprendre les causes de vos émotions, il faut d’abord les identifier. Physiologiquement que se passe-t-il pour vous ? Dans quelle situation ? Quelle est l’émotion ? Quelle réponse puis-je lui apporter ?
  • Les écouter et les exprimer. Qu’est-ce que mon émotion dit de moi ? Quel besoin dois-je écouter ? Comment puis-je l’exprimer ? Suis-je avec la/les bonne(s) personne(s) pour les exprimer ?
  • Les accepter pour mieux les gérer. Je m’accepte tel(le) que je suis avec mes ressentis. Quelle valeur a été touchée ? Est-ce que j’aurais pu réagir d’une autre manière ? Comment faire pour la prochaine fois ?

 

Dites-moi maintenant, comment appréhendez-vous vos émotions ?

👍Pour recevoir mes mails : https://edwigebodin.clickfunnels.com/inscription-newsletter