Sélectionner une page

Il y a une question qui m’a toujours titillée en regardant le Roi lion, comment est-ce possible que deux frères aient une personnalité si différente ? Comment Scar, par jalousie, en arrive à tuer son propre frère pour prendre le pouvoir ?

Sans parler d’aller jusqu’à tuer ses frères et sœurs, sujet bien présent dans la mythologie ou dans les contes, la jalousie ou les problèmes relationnels sont courants dans les fratries (que ce soit durant l’enfance ou à l’âge adulte). Si la jalousie est constructrice de la personnalité lorsque nous sommes enfants, elle peut être un véritable fardeau à l’âge adulte.

J’ai donc trouvé intéressant d’aborder la thématique de la position de naissance dans la construction de la personnalité, ainsi que la place de la jalousie. Aussi, je vous proposerai des questions à explorer sur les thèmes de la fratrie, des relations et de la jalousie.

 

Scar – Mufasa, deux frères, un seul trône

Au début du dessin-animé, nous assistons à la cérémonie de naissance de Simba. Ce lionceau est le fils de Mufasa, le roi de la jungle. Cette naissance n’est pas sans enjeu, cela signifie que Simba sera l’héritier du trône.

Scar, le frère de Mufasa rêve justement d’accéder un jour au trône. La naissance de ce petit lionceau anéantit à tout jamais ses rêves d’y accéder. Il met donc au point un plan machiavélique.

Il tue Mufasa et fait croire à Simba qu’il est responsable de la mort de son père. Par conséquent, Simba fuit à travers la savane. Scar a ainsi le champ libre pour voler le trône.

`Dans le Roi Lion, ce qui se passe entre Scar et Mufasa est bien un enjeu de pouvoir. Symboliquement, c’est aussi ce qui peut se jouer dans la fratrie… La place de l’aîné peut être enviée, désirée, parfois pour la simple raison qu’il est le premier.

 

La position de naissance, pour expliquer certains aspects de l’identité

Selon la position de naissance, certains s’accordent à dire que des traits de la personnalité ou de l’identité pourront être attribués à l’aîné ou au puîné. Des caractéristiques ont aussi été définies pour les familles recomposées, quand un enfant a été adopté, quand la fratrie est supérieure à deux enfants, dans le cas de jumeaux, mais aussi pour un enfant unique… Ici, je m’attache à rester sur le fil conducteur de la relation entre Scar et Mufasa, soit une fratrie de deux enfants.

Attention, la position dans la fratrie ne suffit pas à elle seule pour comprendre tous les aspects de l’identité ou de la personnalité d’un individu.

Selon certains psychologues, la personnalité de l’aîné se caractérise par une tendance au perfectionnisme, au goût de l’ordre. Il peut avoir une tendance au besoin de contrôler les situations. Il est généralement travailleur et discipliné. Logique, l’aîné est souvent pourvu d’un bon esprit critique. Adulte, il sera tenté de vouloir aider et protéger les autres, étant donné qu’il s’est identifié à la fonction parentale dès son plus jeune âge.

Le deuxième enfant lui doit dès sa naissance partager l’attention de ses parents avec un autre. Il ne connaîtra pas cette « exclusivité », il prend très tôt l’habitude de devoir partager. L’aîné sera son modèle et stimulera son envie de le dépasser. Ses relations avec lui seront ambivalentes. Il l’admire autant qu’il en est jaloux. Pour se distinguer de l’aîné et avoir une place au sein de la famille, il va donc se construire, en apparence, à l’opposé du premier. Si celui-ci est obéissant, il deviendra un « rebelle ». Si l’aîné excelle dans la pensée rationnelle, il sera un grand émotif, si l’aîné est introverti, il sera extraverti…

Voilà qui éclaire un peu plus sur l’opposition des personnalités de Scar et de Mufasa, mais comment expliquer cette profonde jalousie ?

 

Comment expliquer la jalousie dans une fratrie ?

Il convient tout d’abord de dissocier l’envie et la jalousie. L’envie survient lorsqu’on désire ce qu’une autre personne possède. La jalousie émerge lorsqu’une autre personne désire quelque chose (ou quelqu’un) qui nous appartient. Et ce qui semble appartenir à l’enfant, c’est la maman, le papa, leur amour, leur temps, leur disponibilité… Par définition, les sources de rivalité entre les enfants sont nombreuses. Différentes relations découlent de ces enjeux.

Il y a les relations verticales des parents avec leurs enfants et les relation horizontales des enfants entre eux. Qu’il soit le chouchou et ou le rejeté, l’enfant est quoi qu’il en soit marqué par la place qu’il occupe dans le cœur de ses parents (relations verticales). Les relations horizontales s’en trouvent fortement imprégnées. Comment considérer cet aîné qui semble avoir plus que soi ? Comment réagir face à ce puîné qui semble avoir plus de considération de la part de la maman ?

Mais la jalousie évolue avec le temps, elle est un préalable à l’émergence des sentiments sociaux …

 

Les relations dans une fratrie, la jalousie : quels impacts dans nos relations d’adultes ?

Que l’on soit l’aîné ou le puîné, les tensions ressenties dans l’enfance peuvent être à l’origine d’un sentiment de supériorité ou d’infériorité. Et oui, on l’a vu, si le rang de naissance a un impact sur notre personnalité, elle a forcément un impact sur nos relations. Ce que nous projetons sur autrui, on ne s’en rend pas forcément compte, c’est ce qui s’appelle une zone d’ombre. Quand on en a conscience, cela permet d’identifier ses besoins ainsi que les manques à combler.

Voici des questions qui peuvent aider dans un cheminement intérieur :
  • Quels traits de votre personnalité vous paraissent liés à votre rang de naissance ?
  • Avez-vous (eu) des conflits dans votre fratrie ? Pourquoi ?
  • Dans votre famille, vos parents avaient-ils un « chouchou » ?
  • Dans votre travail, vous sentez-vous souvent le préféré ou l’exclu ? Quel effet, cela vous fait-il ?

 

Aussi, la jalousie peut être ressentie pour des personnes en dehors de la famille, de la fratrie, notamment dans le cercle amical ou amoureux. Car de manière générale, la jalousie d’adresse à une personne aimée. « Que cette personne puisse donner son affection à quelqu’un d’autre fait que le jaloux se sent spolié d’un « bien » qui, selon lui, devrait n’appartenir qu’à lui ; il est « volé » par un rival. »

Voici des questions intéressantes à se poser :
  • Avez-vous tendance à être jaloux de votre (vos) frères, de votre (vos) sœurs ?
  • Que n’aimez-vous pas chez votre (vos) frères, votre (vos) sœurs ?
  • Qu’admirez-vous chez votre (vos) frères, votre (vos) sœurs ?
  • Y a-t-il des comportements que vous admirez chez des personnes du même sexe que vous ?

 

Alors, êtes-vous prêt à aller explorer vos relations entre frères et sœurs pour mieux vous comprendre et partir à la chasse de ressentis négatifs qui pourraient vous embarrasser actuellement dans votre vie ?  Je vous le souhaite, car se comprendre pour mieux être aligné constitue en soi une réelle libération.

 

 

Les petits trucs de Mam’coach

  • La confiance en soi est un domaine à explorer continuellement. La jalousie peut prendre racine dans le manque de confiance en soi. Une personne qui n’a pas confiance en elle va entretenir la jalousie, une peur de perdre sa ou son partenaire ou ses amis. Elle est constamment dans le doute, l’incertitude et dans la peur de la solitude.
  • Pour donner une nouvelle dynamique à une relation, de stopper des jeux psychologiques, il est possible de s’appuyer très concrètement sur l’analyse transactionnelle : https://www.mam-coach.com/triangle-dramatique/
  • Si vous avez envie d’approfondir le sujet de la fratrie, je vous conseille cet excellent ouvrage de Lisbeth von Benedek « Frères et sœurs pour toujours – L’empreinte de la fratrie sur nos relations adultes. » Ce livre donne autant de repères pour comprendre nos relations et choix de vie, que d’écueils à éviter pour les parents avec leurs enfants.
  • Pour recevoir mes mails, tous les mercredis à 8h :  https://edwigebodin.clickfunnels.com/inscription-newsletter
  • Pour me contacter via le formulaire de contact : https://www.mam-coach.com